Divorcer en Thailande

Updated: May 5

I- Quelle est la procédure pour divorcer en Thaïlande ?


Le Code Civil et Commercial Thaïlandais, au sein de ses sections 1514 et suivantes, distingue deux types de divorce en Thaïlande : le divorce par consentement mutuel (1) et le divorce judiciaire (2).


1. Le divorce par consentement mutuel (Divorce incontesté)


Le divorce par consentement mutuel est une solution attrayante mais réservée aux mariages qui ont été enregistrés en Thaïlande. La première étape du processus sera l’établissement d’une Convention de divorce. Ce document établira la répartition des biens entre les époux. Si applicable, la garde des enfants ainsi que les modalités de pension alimentaire y seront également prévues.


Si un contrat avant le mariage a été signe entre les époux, ce dernier sera également appliqué.

Chaque aspect de la séparation devra être l’objet d’un accord. Les époux n’auront pas à présenter les motifs de leur demande de séparation.

La demande de divorce sera enregistrée en présence des deux époux auprès de l’Amphur local qui peut être diffèrent du lieu d’enregistrement du mariage.

C’est une procédure rapide et peu couteuse, le divorce peut être enregistrée en une heure dont le cout avoisinera une centaine de Baths. Néanmoins, le divorce par consentement mutuel repose sur l’accord des deux époux qui devront être physiquement présent au moment de l’enregistrement du divorce, accompagnes de deux témoins. En en cas de désaccord entre les époux, une procédure judiciaire sera nécessaire.

Liste des documents nécessaires :

o Les deux originaux du certificat de mariage

o La carte d’identité thaïlandaise original pour un époux de nationalité thaïlandaise et le passeport original pour un étranger.

o Le Ta bien Ban (certificat d’enregistrement du foyer).

Le divorce par consentement mutuel, s’il a été célébré et enregistré en Thaïlande, est ouvert aux étrangers en Thaïlande. Néanmoins, il est conseillé de consulter un avocat afin de s’assurer que la procédure de divorce sera effectivement valide dans son pays d’origine.


2. Le divorce par voie judiciaire (Divorce contesté)


La demande de divorce par voie judiciaire doit s’appuyer sur un préjudice causé par le comportement de l’un des époux. Ceux-ci étant énumérés au sein de l’article 1516 du Code Civil et Commercial Thaïlandais :

o Adultère

o Insulte de l’époux ou de ses ancêtres

o Comportement violent physique ou moral portant atteinte a l’autre époux

o Désertion du foyer

o Emprisonnement de plus d’une année

o Disparition

o Un conjoint a manqué à l’un de ses manquements

o Folie de l’un des conjoints

o Maladie dangereuse pouvant se révéler préjudiciable à l’autre époux

o Séparation physique volontaire de plus de trois ans.

Le demandeur devra donc apporter les preuves appuyant sa demande, En l’absence de cause, il faudra attendre une séparation de 3 ans afin de pouvoir déposer une demande.

La procédure peut en moyenne durer entre 4 mois et 1 année. En l’absence d’accord entre les époux, le juge règlera le partage des biens acquis pendant le mariage, la garde des enfants ainsi que l’obligation de pension alimentaire selon la loi thaïlandaise.

A noter, cette procédure est ouverte aux étrangers qui n’auraient pas célébré leur mariage en Thaïlande si l’un des époux est de nationalité thaïlandaise ou réside en Thaïlande depuis de nombreuses années. La procédure peut néanmoins être fastidieuse et le jugement faire l’objet d’une procédure d’exequatur afin qu’il soit appliqué en France.


II- Quelles sont les différences avec la France ?


Depuis la loi de Modernisation de la justice du 18 novembre 2016, le divorce par consentement mutuel sans juge est également possible en France depuis le 1er janvier 2017.

Cette nouvelle procédure impose aux époux d’être représente chacun par leur propre avocat.

A noter : Si vous avez préalablement établi un accord prénuptial, les modalités sont plus restrictives en France.


III- Que faire si vous vous êtes marié hors de Thaïlande ?


Vous pouvez divorcer dans l’un des deux pays, exemple en France et faire reconnaitre le divorce en Thaïlande si le mariage y avait également été enregistré.


IV- Un divorce thaïlandais est-il reconnu à l’étranger ?


Un divorce Thaïlandais peut effectivement être reconnu à l’étranger avec par exemple en France une vérification d’opposabilité afin de mentionner le divorce sur les registres de l’Etat civil français.


V- Que se passe-t-il pour votre visa après le divorce ?


Vous disposez d’un délai de 30 jours pour en obtenir un autre visa à compter de la prononciation officielle du divorce.


VI- Pourquoi faire appel à un cabinet d’avocat pour vous accompagner dans vos démarches ?


Vous conseiller sur la procédure a adopter, par consentement mutuel ou judiciaire. Vous représenter et rédiger un accord permettant de protéger vos biens, favoriser le dialogue et défendre vos intérêts. Contactez-nous contact@opera.co.th


Opera Consulting est un cabinet d’avocat francophone base à Bangkok dans le quartier de Sukhumvit (Asok). Nos avocats et consultants parlent Thai, Anglais et français. Nous proposons un large panel de services en droit des affaires, droit immobilier et droit de la famille et rédaction de Testament. Nous Opera consulting vous accompagne également dans toutes vos démarches lors de votre installation en Thaïlande, telle que l’obtention de visa et work Permit.


Cet article est une note d’information générale ne remplaçant en aucun cas le conseil pour toute situation individuelle. Son contenu ne saurait engager la responsabilité du cabinet.

© 2018-2020 Opera Consulting Co., Ltd. 

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Google+ Social Icon